Compte-rendu rassemblement 17 mars

18 mar

Cet après-midi, environ 80 personnes ont répondu à l’appel d’urgence de notre collectif. Un appel précipité par le fait évident que les travaux vont commencer incessamment sous peu.

Après une prise de parole de notre part, l’idée de procéder au nettoyage de la zone émane du rassemblement. L’idée est mise en application dans la foulée avec des personnes prenant possession de la zone humide, à la fois pour la nettoyer et pour observer la vie qu’elle habite. En effet, nous avons pu constater que des grenouilles avaient pondu, que les primevères pointent le bout de leurs pétales, annonçant l’arrivée du printemps. 53464682_430739451006100_2678059173031182336_n

Naturellement, les personnes rassemblées ont voulu accomplir le ramassage jusqu’au bout, certain allant ainsi jusque dans la zone clôturée et surveillée par les vigiles de l’entreprise Alpes Securitas. Ces derniers, sont allés au contact de ces quelques ramasseurs, refusant l’entrée de la propriété des Arches Métropole. Cela confirme bien ce que nous disions dans le discours, quant à la nature de notre combat : une lutte de classe. Avec d’un côté les défenseurs de la biosphères, de l’autre les agents de défense du capital. La tension est donc montée.

54517401_430739564339422_5725784450357264384_n

Des œufs de grenouilles (nous sommes en pleine période de reproduction de ces espèces et les zones humides offrent de précieux espaces pour abriter leurs œufs).

54433208_430739521006093_2433135252772749312_n

Séance collective d’observation d’œufs de grenouilles dans une marre

54278856_430739607672751_7835435522448162816_n 54435294_430739491006096_8450174771345227776_n

Nous avons donc pris la décision de voter pour l’évolution de l’action.

Déterminés à faire les choses jusqu’au bout, il est décidé de tous se présenter à nouveau devant l’entrée de la zone. Ainsi nous négocions avec la gendarmerie l’entrée sur la zone humide, souillée par les déchets d’une société écocidaire.

Une heure plus tard, alors que la gendarmerie joue sur la montre, la baisse de motivation, la pluie, nous menaçons d’occuper l’emplacement du futur chantier. Dans ce même temps, nous assistons à l’arrivée du PSIG (Peloton  de Sécurité et d’Intervention de la Gendarmerie), équipé d’armes automatiques.54519111_430739637672748_6926847298492170240_n

La réponse du promoteur ne se fait pas attendre, c’est un refus !

Les personnes mobilisées prennent l’initiative de renverser les barrières, une bonne fois pour toutes, et de nettoyer cette zone humide barricadée. Cela s’est fait dans un calme déterminé, sans aucune intervention des forces de l’ordre. Le rassemblement s’est terminé finalement de manière très cordiale. Et les deux parties, que ce soit représentants de l’autorité ou manifestants ont respectés leurs engagements.

La journée s’est clôturée par la remise à Monsieur Georges Morand des sacs de détritus de cette zone précieuse sacrifiée sur l’autel du profit.

Dans une vallée à l’avant poste de l’écocide généralisé, ceci n’est que le début d’un long combat pour défendre la biosphère !

54518819_430739704339408_6847942259569065984_n

Nous avons pris la décision d’entrer de force dans la zone grillagée pour la nettoyer !

54215014_430739737672738_1700372437180350464_n

La dépose des poubelles de la zone humide devant la porte de la mairie

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus