Coup d’oeil sur le « village des Alpes » à Bellegarde.

3 mar

Le projet « The Snow » porté par « Les Arches Métropoles » s’inscrit dans une dynamique générale en France de construction de « villages commerciaux » ou « retail parks ».

A moins d’une heure de Sallanches, il y a le projet « Open » de 54 000 m2 à Saint-Genis-Pouilly et le « Village des Alpes » de 20 000 m2 à Bellegarde-sur-Valserine également dans l’Ain.

Alors pourquoi parler de cet autre projet ? Parce que justement il permet de mieux saisir la dynamique d’ensemble qui anime les promoteurs immobiliers dans la région. Rappelons comment « Les Arches Métropoles » vendent le projet « The Snow » :53053601_2021121101340444_2306223822488993792_n

Ce centre est doté d’une grande notoriété avec un accès direct sur un giratoire en connexion avec l’autoroute A40 en direction du Tunnel du Mont Blanc.
Trois grands atouts lui confèrent un potentiel commercial incontestable, dont  [...] u
ne zone de chalandise à fort pouvoir d’achat, avec un taux de chômage bien en deçà de la moyenne nationale.

Il suffit de regarder la vidéo de promotion du projet « Open » pour comprendre que ce sont les arguments similaires qui sont avancés, dans un état d’esprit commercial délirant…

Le même argumentaire est exposé pour le  « Villages des alpes ». Voici ce que dit Patrick Perreard, le président de la Communauté de communes du pays Bellegardien à propos du « Village des Alpes » :

Journaliste : « Villages des Alpes », le nom est resté. Il faut dire que c’est l’entrée naturelle de tous les vacanciers venus de France et d’Europe du Nord vers la montagne. Mais pas seulement. Les promoteurs misent également beaucoup sur la Suisse voisine.

Patrick Perreard : On est à 25 minutes de Genève. L’autoroute est à côté … Et puis effectivement la part de marché réservée aux genevois est importante, je pense de l’ordre de 20 à 25 % de captation des Suisses. Et puis effectivement nous sommes dans une région du bassin Genevois, nous faisons partie du bassin métropolitain avec un  niveau de vie assez élevé et c’est ce qui est recherché avant tout »

C’est évidemment l’attractivité touristique qui est visée, avec une clientèle huppée et une zone d’emploi dynamique. On est là dans la mentalité des années 1970, où l’accumulation du capital ne trouve pas de limites, s’étend à l’infini.

53283498_595856667556312_2676368678198444032_nSeule une opposition de quelques commerçants a entravé le projet. Mais sans  une mobilisation populaire qui dépasse des intérêts catégoriels, toute résistance à ces géants immobiliers est vaine.

Ainsi, les premiers travaux de terrassement ont commencé à la fin du mois de novembre 2018 et les gros œuvres sont prévus au printemps 2019 avec une livraison pour 2020.

Bien sûr, pour apparaître « démocratique », les promoteurs vantent l’idée que le centre commercial, pourtant excentré du centre-ville, va « redynamiser » la vie à Bellegarde. Quelle démagogie ! Tout le projet est orienté vers les riches touristes et la clientèle Suisse, avec même la volonté de faire des navettes autocar entre la garde TGV et le centre commercial…

De plus, comme nous l’avons déjà dit pour Sallanches, en quoi un centre commercial périphérique, coincé entre une bretelle d’autoroute et une zone pavillonnaire, favorise t-il un développement social positif et un enrichissement culturel local ? L’alternative de l’ennui de la ville-dortoir doit-elle être l’individualisme du méga centre commercial ?

A ce vide social et ce néant culturel répond le désastre écologique. Tout comme à Sallanches, le projet commercial de Bellegarde va détruire des parties fondamentales de la biosphère.

Selon le rapport d’enquête publique de 2016, le « Village des Alpes » va anéantir une zone humide de 14 hectares et engendrer la disparition de 47 arbres à cavité utilisés comme habitat par les chiroptères (les chauves-souris), qui sont en déclin. Les autorités locales « contournent » encore allégrement la loi sur l’eau en proposant des « compensations écologiques » ailleurs dans le bassin de vie.

En effet, il est affirmé qu’ « en cas de découverte de chiroptères dans des cavités lors de la coupe des arbres, ceux-ci pourront être capturés en vue d’être relâchés sur un site de compensation prévu au projet ». Comment ne pas rester stupéfait par une telle arrogance envers la nature ? La responsabilité n’est-elle pas plutôt de tout simplement laisser tranquille écosystèmes et animaux déjà assiégés de toute part par l’écocide ?53121315_612623615833503_5196076358396018688_n

Mais la classe dirigeante n’a pas de notion morale de ce type car, pour le dire cruellement, elle ne « pense » pas mais assiste simplement la bonne marche du capitalisme. Si des obstacles se présentent, il suffit de « déplacer », de « compenser », d’ « éviter » mais au aucun cas de stopper une dynamique pourtant mortifère.

Stopper cette marche intenable demande une résistance démocratique des populations locales. Pourquoi ?  Car ses intérêts ne résident pas dans l’accumulation de richesses mais dans la développement d’un cadre de vie harmonieux, solidaire et épanouissant.

L’absence d’une telle mobilisation à Bellegarde doit nous conforter dans le rôle important que nous jouons ici, à Sallanches, contre « The Snow ». Nous pouvons faire un précédent politique, d’une grande utilité pour la Cause des Zones humides en France !

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus