Prise de parole 17 février dans le cadre de la Journée Mondiale des Zones Humides

18 fév

Nous sommes réunis aujourd’hui pour célébrer un mois consacré aux Zones Humides. Ce cycle est issue de la conférence de 1971 à Ramsar en Iran qui a établi un Traité International sur la conservation des zones humides afin d’enrayer leur dégradation ou disparition. Depuis cette date, ce sont 170 pays qui sont signé la convention, avec le classement de plus de 2300 sites représentant plus de 250 millions d’hectares…

Pourtant, le constat est aujourd’hui dramatique : nous accumulons plus de reculs que de victoires en matière de protection de ces écosystèmes. Malgré la signature d’un traité d’envergure international il y a plus de 48 ans, plus de la moitié des zones humides ont disparu en France.

 Ces destructions sont le résultat direct de la logique chaotique du marché et du profit à court terme régissant le développement de notre société.

 A ce titre, le plan national d’action en faveur des zones humides 2014-2018 est révélateur de la mentalité rétrograde qui anime notre classe dirigeante. Il déclare qu’il faut « préserver et restaurer les milieux humides […] au profit de notre cadre de vie, de nos activités et de nos emplois ». On l’aura compris : derrière ce discours paradoxal se cache la loi d’août 2016 permettant de détruire les zones humides pour les profits capitalistes tout en se montrant responsable par des fumeuses « compensations ».

52740061_2088779161205733_1102727299855286272_n

 Alors, certains diront que la zone humide de la Paccoterie ne représente plus qu’une surface minime, sans grand intérêt écologique. Pourtant, au mois d’octobre 2018, la 10e conférence de Ramsar à Dubaï a rappelé que ces zones étaient de plus en plus réduites et écologiquement isolées ou fragmentées.

 C’est typiquement le cas de « notre » zone humide actuelle.

 Lorsque la vallée n’était pas encore soumise au mode de développement capitaliste, elle était une vaste plaine alluviale traversée en son cœur par l’Arve dont le lit se dispersait en de multiples bords marécageux. C’est cette origine naturelle qui lui donne sa classification actuelle en zone « Natura 2000 », caractérisée par de nombreuses zones humides,

 A ce titre, la Paccoterie était sans aucun doute une vaste zone humide avec toute sa complexité et sa fonctionnalité autonome avant que Carrefour et ses routes aux alentours viennent altérer toute la dynamique interne de l’écosystème.

 Mais alors devons-nous nous morfondre dans la nostalgie du passé ou accepter le présent par fatalisme ? 

Non, cela est à mille lieux des responsabilités que notre génération doit porter car il n’est jamais trop tard. Il nous faut aller de l’avant en corrigeant les erreurs du passé qui, malheureusement, ne pouvaient pas être comprises auparavant.

 Mais cela est évidemment en opposition à des institutions qui axent leurs actions sur les intérêts économiques à court terme. A commencer par Monsieur le maire Georges Morand…

52948650_2207052672891457_7455582279713161216_n

 Ayant d’abord annoncé sa volonté de réprimer quelques collages d’affiches dans sa ville, Monsieur le maire s’est montré vraisemblablement déstabilisé, avec des déclarations colériques et largement irrationnelles. Pour lui, nous ne serions que des personnes extérieures à la ville qui agiraient dans l’anonymat d’une page Facebook…

 Le ridicule de tels arguments témoigne de la paralysie politique du maire face à la justesse de la cause défendue. Quiconque nous connaît sait bien que nous sommes des « enfants du pays ».

 Mais au-delà de ce piètre argument, la protection d’une zone humide n’est-elle pas une cause universelle qui regarde tout un chacun, qu’elle que soit ses origines sociales et géographiques ? La légitimité de défendre un écosystème essentiel aux cycles de la vie au pied du « toit de l’Europe » peut-il se résumer au fait d’être de Sallanches ou non ?

La mentalité de tout vouloir s’approprier, a malheureusement fait que cette zone humide est vue comme une « propriété » de la commune de Sallanches. Mais il ne faut jamais oublier que cet espace naturel appartient avant toute chose à elle-même, et qu’elle n’est qu’un élément de toute la biosphère. C’est en ce sens que le combat pour la zone humide est universel et que réduire tout cela à une « colère anonyme extérieure à Sallanches » est une bien triste réponse de Monsieur Georges Morand.

 Mais Georges Morand n’est que l’incarnation d’une mentalité destructrice qui ne voit la nature vierge qu’à travers sa potentielle valorisation marchande au profit des géants de l’immobilier et du commerce.

 Quelle que soit l’issue de ce combat, nous savons pertinemment que notre cause est juste et qu’elle dresse une perspective positive pour l’avenir. D’ailleurs, la légitimité de notre présence est renforcée par le fait que la Journée Mondiale des Zones Humides est liée cette année au « changement climatique ».

53496255_1711575402276655_5201541910438608896_n

 Comment ne pas vouloir défendre coûte que coûte cette zone humide alors que le réchauffement climatique se constate ici gravement ?

 Au-delà d’être les éponges naturelles de la Terre et d’abriter une faune et une flore spécifique, les zones humides sont également des protections contre le réchauffement climatique. Avec ces caractéristiques humides, ces écosystèmes emprisonnent les rejets carboniques des activités humaines.

 Cela est d’une importance capitale puisque ce sont ces rejets qui produisent le surplus de gaz à effet de serre, bien trop connus maintenant comme une des causes du réchauffement planétaire en cours.

 Nous avons la possibilité de faire un précédent historique en France sur cette question. En effet, après que les projets destructeurs soient abandonnés, les zones humides sont bien souvent mises dans l’ombre de projets agricoles… Or nous ne cesserons de rappeler que pour avoir un fonctionnement normal, une zone humide doit être exempte de toute activité humaine. Seule la sanctuarisation est à même de répondre à cet objectif !

 C’est contre la logique de la valorisation marchande et en reconnaissance de l’intérêt absolu des zones humides que nous demandons leur sanctuarisation dans un but scientifique et pédagogique.

En défense des zones humides !

 Contre le projet destructeur The Snow !

 Avançons vers la sanctuarisation !

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus