« The Snow » : l’enrobage vert d’un mode de vie individualiste et superficiel

6 fév

L’objectif principal de notre combat est et sera toujours la sauvegarde puis la sanctuarisation de la zone humide car cela est essentiel pour le système hydraulique mais aussi par dignité envers la vie qui y habite. Mais il ne serait pas juste de ne pas parler des autres aspects de ce projet commercial, de ce qu’il implique en termes de mode de vie.

a_sallanches-pers-globale

Vie générale de « The Snow »

Derrière la mairie qui est le premier soutien du projet, il y a « SCCV Sallanches Promotion« , filiale du promoteur immobilier « Les Arches Métropoles » créée de toute pièce en 2012 pour acheter la partie communale de la zone humide de la Paccoterie (partie dédiée au raccordement routier entre le village commercial et le rond point de la sortie Nord).

Basé en région parisienne, « Les Arches Métropoles » s’est fondé en 2002 et se compose de 12 salariés. Il est spécialisé dans la construction et la vente de « Retail Park » (« village commercial », «parc commercial »). Présidé par Fabrice Dumartin, ce géant immobilier a englouti depuis 2005 pas moins de 200 000 m2 (15 000m2 par an) pour réaliser ces « retails parks ».

Avec le concept de « retail park », les promoteurs immobiliers tentent de sauvegarder leur capacité d’action et de développement en critiquant la gestion passée des périphéries urbaines.

Voici un extrait de Fabrice Dumartin lors d’ une interview à « Radio Immo » en septembre 2018, qui en dit long sur les objectifs des « parcs commerciaux » :

IMG_8960

Le « village commercial » de Montigny-lès-Cormeilles qui fait la fierté de Fabrice Dumartin


Journaliste : Tout à l’heure, vous m’avez dit quelque chose qui est très important. C’est qu’aujourd’hui vous êtes sur la mixité de l’usage. La mixité de l’usage c’est finalement qu’il n’y a pas que faire des courses, on vient aussi pour vivre une expérience sensorielle, de loisir, où on emmène sa famille. Avant, enfin moi je suis d’une époque où quand on allait à l’hypermarché c’était les vacances de la semaine. C’est plus le cas aujourd’hui-

Fabrice Dumartin : Non c’est plus le cas aujourd’hui parce que ce n’est plus un plaisir fondamental que d’aller faire ses courses.

Le « village commercial » arrive ainsi comme une nouvelle forme de commerce centrée autour d’une « expérience sociale » grâce à la concentration sur un même site d’espaces de consommation, de détente et de restauration. A ce titre, les « noues paysagères » ou encore le « toit végétalisé » promues dans le projet ne sont rien d’autre qu’une volonté du promoteur de maintenir un artifice de »verdure » afin de « rassurer » le consommateur dans son « expérience sensorielle »…

Quelle désastre social, quelle misère humaine que de présenter les choses d’une telle manière !

D’ailleurs le journaliste de « Radio Immo » conclut son interview, non sans plainsentries, en disant que « Les Arches Métropoles vont dans le sens de l’Histoire ».

Comment peut-on dire une telle aberration ?

sallanches-pers-4

« The Snow »

Comment peut-on soutenir sincèrement un tel développement des choses ?

Voulons-nous vraiment d’une « expérience sociale » basée sur le règne de la marchandise qui favorise le développement d’une mentalité superficielle et un égoïsme consommateur ?

Où se situe le respect des besoins démocratiques lorsque des monopoles capitalistes nous imposent un tel style de vie ?

Le sens de l’histoire c’est de maintenir et protéger les dynamiques environnementales, telles que sont produites et entretenues par la biosphère. Le sens de l’histoire, c’est de densifier les commerces de proximité en lien avec des transports collectifs dans le but d’aller vers un mode de vie solidaire, dans un environnement social et naturel harmonieux.

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse